Vitiligo et impact psychologique, prendre soin de soi

La différence n’est pas toujours encore bien intégrée dans notre société actuelle. Malgré les réseaux sociaux et une évolution constante, certains n’acceptent pas encore la différence, qu’elle soit sur eux ou sur les autres. Vivre avec une maladie de la peau qui se dépigmente reste chose insolite pour nombre de personnes et suscite curiosité et interrogations.

Le regard des autres et la vie sociale

Certains qui ont le vitiligo vont se couper de toute vie sociale, car ces personnes ont parfois un lourd passé de moqueries surtout si la maladie était présente lors de leur adolescence. La vache, le zèbre, tous les surnoms y sont passés, les enfants sont bien plus cruels entre eux que les adultes. 

Puis est venu cet entretien d’embauche lorsque le directeur a passé son temps les yeux rivés sur les mains du candidat. Il n’a rien pu écouter de ce qui s’est dit lors de l’entretien car toute son attention était centrée sur ces mains atypiques souffrant de dépigmentation.

Le vitiligo touche 1% environ de la population et n’est en aucun cas contagieux. Mais la maladie est encore trop peu connue et c’est la raison pour laquelle les personnes malades souffrent encore de cette forme de mise à l’écart et de discrimination.

S’inscrire dans un groupe de paroles

Il existe bon nombre de groupes et de réseaux sociaux, tout comme des associations afin d’offrir soutien et aide aux personnes en détresse atteintes de dépigmentation. Un membre de la famille, un ami ou un proche aura beau être présent et porter de l’amour à une personne ayant la dépigmentation sur la peau, la compréhension ne sera jamais au rendez-vous.

Alors que se retrouver au milieu de personnes comme soi, racontant leur vécu, leurs souffrances, leur quotidien, ou encore leur combat pour mieux faire connaître le vitiligo ne pourra être que bénéfique pour soi.

Faire avancer les autres, les tirer vers le haut, avoir des projets autour de la maladie ne fera que donner des ailes à la personne en détresse et lui fera même oublier sa maladie, car elle sera focalisée sur autre chose: aider les autres à aller mieux.

Publier des photos artistiques sur les réseaux

Certaines personnes, notamment le plus souvent des jeunes femmes se sont révélées derrière un objectif, alors qu’il y a quelques temps encore cela aurait été une chose insurmontable. Elles se cachaient sous des vêtements à manches longues, une épaisse couche de fond de teint ou encore de l’autobronzant.

Se voir belle pour la première fois sur des photos en tenue légère dans une posture artistique a fait basculé ces jeunes femmes, leur donnant la toute confiance à nouveau pour prendre la vie du bon côté et accomplir leurs projets et envies.

Conclusion

Aider les autres, c’est s’aider soi-même, faire avancer les choses, et en finir avec les regards insistants. Vivre pour soi, pas pour le regard de l’autre ou de ce qu’il va en penser. Avancer main dans la main pour le vitiligo et les autres maladies de peau sera un premier pas vers la guérison psychologique.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *